Les Rencontres Economiques d'Aix-en-Provence | 5 au 7 juillet 2019

12 juillet 2019

Les 5, 6 et 7 juillet se sont déroulées les 19èmes Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence. Notre reporter spécial Guillaume WALD vous propose un retour en quelques lignes et en quelques images de son séjour au pays de la lavande … un petit reportage adéquat à l’approche de nos vacances estivales !

« Chers lecteurs de la newsletter de la FSEG, j’ai le plaisir de vous adresser quelques nouvelles des Rencontres Economiques d'Aix en Provence 2019. Cette grand-messe de l’économie m’a permis d’écouter et de rencontrer de nombreux économistes, hommes et femmes politiques, dirigeants d'entreprises ou d'associations.

J'ai ainsi pris part à 3 entretiens privilégiés, avec Madame Claire Hédon (Présidente d'ATD Quart Monde), Madame Stefanie Stantcheva (Professeur d'économie à l'Université de Harvard), et Monsieur Louis Gallois (Président du Conseil de surveillance de PSA et du laboratoire d'idée "La Fabrique de l'Industrie"). C'est lors de ces échanges que j'ai le plus appris. J'ai néanmoins beaucoup apprécié les conférences suivies lors de ces 3 jours, dont voici un petit aperçu illustré de quelques photos.

 


Vendredi 5 juillet au matin, nous avons été accueillis par le mot d'inauguration de Madame Frédérique VIDAL, Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche. Nous avons ensuite assisté à différentes master classes déclinant la question de la "confiance" dans des champs d'application très variés. J'ai été particulièrement marqué par la présentation de l'ex directeur de l'OFPRA Pascal BRICE qui a présenté la position de la France en matière d'immigration et de gestion future de ce phénomène.

 

 

 

 

 

 

 

Lors de la session inaugurale présidée par Jean-Hervé Lorenzi, nous avons eu le plaisir d'entendre un mot adressé par notre future présidente de la BCE, Christine Lagarde.

 

 

 

 

 

De nombreuses sessions ont suivies, ponctuées par les agoras animées par le journaliste de France Info Jean-François Achilli. Vendredi soir, j'ai ainsi eu le plaisir de dialoguer avec Hyppolyte d'Albis et Stefanie Stantcheva sur la question de la justice fiscale.

La place de la France dans l'UE et le monde était au cœur des interrogations durant toute la manifestation. Samedi après-midi, après l'intervention du ministre de l'économie Bruno Lemaire, nous avons assisté à un débat animé sur le rôle de notre pays dans la construction européenne. Y ont pris part entre autres, Patrick Artus (le Cercle des économistes), Alexandre Bompard (PDG de Carrefour), et Xavier Bertrand (Président du Conseil Régionale de la Région Haut-de-France).

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche matin, Jacques Attali et Yannick Jadot se sont interrogés sur les risques et opportunités du monde qui vient.

 


Ils ont cédé leur place à un panel dont faisait partie le célèbre Hubert Védrine, en se focalisant sur le rôle géostratégique de l'UE dans un monde multipolaire.

 

 

 

Les Rencontres Economiques 2019 ont pris fin autour de 13 heures : elles auront été marquées par la mise à l'honneur de la nouvelle génération via le programme "La Parole aux 18-28" dont j'ai bénéficié. A ce sujet, j'ai pu constater une tendance générale chez ces jeunes étudiants ou professionnels à la critique des discours parfois trop policés. Le niveau de formation atteint par beaucoup des jeunes actifs du programme leur permet d'occuper des postes à responsabilité (en comparaison avec leur faible expérience).

 

 

Cependant, certains envisagent déjà leur réorientation afin de s'éloigner d'entreprises polluantes ou soumises à une contrainte de rentabilité qui annihile tout espoir de changement. En effet, tant dans les secteurs énergiques que du commerce ou des services financiers, l'absence d'un horizon autre que celui du profit semble frustrer les participants de mon âge. Une impression globale de perte de repères émanait de nos discussions, car le monde actuel, que nous semblons tous d'accord pour rejeter, est loin d'avoir trouvé un remplaçant. Ce manque de visibilité dans l'avenir oblige chacun de nous (mes 99 collègues et moi-même) à garder la tête froide et à faire preuve de beaucoup d'humilité. Je m'efforcerai de garder ces enseignements à l'esprit, à la suite de cette très belle expérience. »


Guillaume WALD, étudiant de L2 à la Faculté de sciences économiques et de gestion